Censuses, Elections and Population: the Case of Macedonia

Youssef Courbage  By the same author

Resume

AbstractMalgré la taille modeste de la population, l’enjeu du nombre est considérable en Macédoine. Deux recensements y ont eu lieu en 1994 et en 2002, les résultats du premier ayant été contestés, notamment par la principale minorité, les Albanais. L’exercice présenté dans cet article est de vérifier la vraisemblance des résultats du recensement de 1994 à l‘aide de plusieurs autres sources. Tout d’abord, les structures par groupe national, âge et sexe du recensement de 1971, organisé à l’époque yougoslave, sont projetées par la méthode des composantes jusqu’en 1994 et comparées à celles obtenues à l’issue du recensement de 1994. Ensuite, les résultats détaillés des élections de 2002 sont utilisés pour estimer la composition du corps électoral (population âgée de 18 ans ou plus) selon diverses hypothèses relatives aux taux de participation des différents groupes nationaux aux élections et de transfert des voix des petites minorités (Turcs, Roms, Bosniaques, etc.) vers les partis albanais ou macédoniens. Ces deux simulations, qui portent sur la population totale (résidents en Macédoine et à l’étranger), montrent que les résultats du recensement de 1994 sont globalement satisfaisants. En outre, la croissance naturelle (naissances moins décès) entre 1994 et 2002 permet d’estimer la population de la Macédoine par groupes nationaux en 2002, avant la publication des résultats du recensement de 2002. Enfin, les perspectives de croissance des groupes nationaux sont explorées à la lumière des différences de fécondité et de la structure par âge plus ou moins jeune des différentes populations.