Men Medically Assisted to Reproduce:

AID, IVF, and ICSI, an Assessment of the Revolution in the Medical Treatment of Male Factor Infertility

Élise de La Rochebrochard  By the same author

Resume

AbstractFace aux problèmes d’infertilité, qui concernent 15% à 20% des couples, on a assisté au développement des techniques de fécondation in vitro (FIV). Entre 1982 et 2000, 85 000 enfants sont nés en France grâce à une FIV (estimation basée sur une exploitation croisée de l’enquête FIVNAT et des données administratives). Cinq bilans mondiaux et deux bilans européens ont été consacrés à la FIV mais leur exploitation reste limitée par les problèmes de non-exhaustivité des données pour des régions telles que l’Europe méridionale et orientale. Les taux de succès de la FIV sont de l’ordre de 15% à 20% de grossesses par ponction. Cependant, ces taux chutent quand l’âge de la femme augmente et lorsque l’homme a un sperme présentant des anomalies sévères. Dans le cas d’une infertilité masculine sévère, l’insémination artificielle avec spermatozoïdes de donneur (IAD) a longtemps été la seule réponse médicale, mais elle pose le problème de l’acceptation d’un donneur de sperme. Depuis 1992, une nouvelle technique de FIV est proposée : l’injection intra-cytoplasmique de spermatozoïde (ICSI). Cette technique s’est largement développée en France et dans de nombreux pays : elle représentait 30% à 60% de l’activité de fécondation assistée en 1998. Malgré ce développement important, de nombreuses questions demeurent sur les conséquences de la technique, en particulier quant à l’état de santé à court et long terme des enfants conçus par ICSI.