Measuring International Migration through Sample Surveys: Some Lessons from the Spanish Case

Articles
By Mónica Martí, Carmen Ródenas
Français

Mesurer la migration internationale par enquête : leçons de l’exemple espagnol

Mesurer la migration internationale par enquête : leçons de l’exemple espagnol

L’obtention d’informations démographiques et sociales sur la population immigrée par des techniques d’échantillonnage nécessite une enquête spécifique. Afin de garantir la fiabilité des résultats, le plan de sondage ne doit pas être limité aux caractéristiques démographiques habituelles, il doit aussi prendre en compte l’année d’arrivée des immigrants. Faute d’avoir inclus cette variable dans la conception initiale de l’enquête ou dans ses ajustements ultérieurs, les estimations risquent fortement d’être biaisées, et par conséquent celles de toutes les variables corrélées à l’année d’arrivée. Cet article analyse le cas espagnol pour deux raisons. La première est qu’il existe en Espagne une source administrative, les registres municipaux de population, où sont enregistrés tous les migrants quel que soit leur statut légal, et dont les chiffres constituent une référence à laquelle peuvent être comparées les estimations tirées des enquêtes. La seconde est qu’à côté des informations sur la migration fournies par l’Enquête sur les forces de travail espagnole, une nouvelle enquête spécialement consacrée à la population immigrée – l’Enquête nationale sur les immigrés, effectuée en 2007 (ENI-2007) – est également disponible. La possibilité d’exploiter ces trois sources de données fait de l’Espagne le meilleur banc d’essai en Europe pour évaluer la fiabilité de la mesure des flux migratoires par technique d’échantillonnage. Bien qu’elles exploitent essentiellement les données statistiques espagnoles, les auteures démontrent que les problèmes rencontrés existent dans d’autres pays européens.

Go to the article on Cairn-int.info